June 17th, 2016 by jja_fr

A la différence du risque d’un « Grexit » par la dette, le « Brexit » propose une sortie des Britanniques de l’UE dans un contexte économique bien plus favorable, bien plus positif, si bien que la parité EUR/GBP cote 0.78725 £ au moment de la rédaction (17/06/2016 à 12:27 PM EDT).

Dans ce cas précis, comment justifier une telle volonté d’une partie des Politiques, du Peuple Britannique ?!

Plus spécifiquement, si nous sommes tant inquiétés par ce « Brexit » c’est parce qu’il renferme, de façon pernicieuse, l’idée selon laquelle sortir de l’Union permettrait à tout pays membre de surperformer son économie, sa politique.

C’est totalement inédit : la dislocation de l’Union européenne par une approche positive ! N’y voyez-vous pas un paradoxe ?

La performance d’un état membre ne repose-t-elle pas justement sur l’infrastructure (communément ignorée) de l’Union ? Aujourd’hui, comment un état membre de l’UE pourrait envisager de sortir de l’Union et de continuer à peser seul sur la scène internationale face à un monde qui “se continentalise” de plus en plus ?

Et si le Brexit puisait son déséquilibre dans l’indépendance de la livre sterling face à ses contreparties (EUR/GBP, GBP/USD, GBP/JPY… ) ou dans l’octroi d’un « statut spécial » du Royaume-Uni dans l’Union ?

Rendez-vous donc ce jeudi 23 juin 2016 lors du référendum pour enfin sortir définitivement de ces contradictions de fond.

Posted in Réflexions Tagged with: , , ,

June 15th, 2016 by jja_fr

20160615_LEC-29

Les grands perdants des taux négatifs

Le seuil a été franchi ce matin. Pour la première fois de l’histoire, le Bund allemand, la référence absolue en matière obligataire, est tombé sous les 0%. Il rejoint ainsi les presque 10.000 milliards d’euros de dettes dans le monde qui se traitent avec des taux négatifs. Autrement dit, les investisseurs acceptent de perdre de l’argent pour placer leurs fonds ! Le monde à l’envers. On connaissait les taux sans risques. Voici venue l’ère des risques sans taux. Et elle va faire beaucoup de perdants. Si les emprunteurs peuvent en profiter pour renégocier leurs crédits immobiliers, les épargnants sont eux certains d’y laisser leurs plumes. Ils doivent s’attendre à voir encore baisser la rémunération de leur assurance-vie ou de leur Livret A. On ne peut plus avoir le Bund et l’argent du Bund.

Guillaume Maujean @gmaujean

Posted in Les Echos Tagged with: , , ,